Faire un don maintenant par CanadaHelps.org!
 
Au rythme de la réussite
Les élèves de l’école Sacré-Cœur
en concert jeudi dernier à la salle Albert-Dumouchel
Eric Tremblay - Publié le 13 mai 2015
Les élèves de l’école Sacré-Cœur ont frappé le djembé jeudi dernier afin de présenter les fruits d’une année d’efforts.

Jeudi dernier, les 170 élèves de l’école Sacré-Cœur ont fait entendre le fruit de leurs efforts. Le projet réussite Samajam s’est conclu avec un concert de percussions jeudi à la salle Albert-Dumouchel.
[ Lire la suite ...]
sv-13052015-samajam1.jpg

©(Photo TC Média - Pierre Langevin)

 
 
Samajam de retour à Irénée-Lussier
Audrey Gauthier TC Media - 1er avril 2014
Fort de son succès auprès d’une centaine d’élèves de l’école Irénée-Lussier, l’année dernière, l’organisme Samajam est de retour pour une deuxième année, au grand plaisir des jeunes et de leurs intervenants. «Samajam nous a approchés pour revenir une seconde fois. Lorsque j’ai proposé le projet aux enseignants et intervenants, ils ont tout de suite dit oui. Même les élèves voulaient que ça revienne», mentionne la directrice de l’établissement scolaire de Hochelaga, Catherine Lachaîne. [ Lire la suite ...]
 
 
Montreal Gazette						 logo
 
Making a joyful noise with help
from Samajam
Samajam runs a drumming program for intelectually challenged kids at Irénée Lussier school in Hochelaga Maisonneuve. This year they collaborated on a Christmas Concert. (Vincenzo D'Alto / Montreal Gazette)
Michelle Lalonde, Montreal Gazette, December 22, 2014
Giant paper snowflakes hang from the ceiling of the gymnasium. Proud parents check their phones and cameras to make sure they are ready to record. The odd squeal of excitement can be heard from the performers back stage as they wait impatiently to be introduced.

In so many ways, the Christmas concert at this east-end school is just like any of the hundreds taking place at elementary and high schools across the island this month. [ Read more ...]
 
 

École Notre-Dame-de-Lourdes
Les élèves fêtent avec Samajam!
L'Écho de Saint-Jean, par Karine Guillet, publié le vendredi 9 mai 2014

SAINT-JEAN-SUR-RICHELIEU - C’est avec beaucoup de fébrilité que les élèves de l’école Notre-Dame-de-Lourdes, à Iberville, ont présenté le résultat de leur travail avec l’équipe de percussionnistes de Samajam, mercredi dernier.

Les quelques 515 élèves de l’école ont tous présenté un numéro avec leur accompagnateur sur la scène du Théâtre des Deux Rives, devant le regard attentif de près d'un millier de parents, amis et membres de la famille.
ARTICLE COMPLET ET VIDÉO:
CLIQUEZ ICI

 
 
Audrey Gauthier - 1er avril 2014
Samajam à l'école Irénée-Lussier
Après cinq ans à parcourir des établissements scolaires dans la province, le projet Persévérance scolaire Samajam a décidé d'ouvrir ses horizons et d'acceuillir un autre type de clientèle, celle atteinte de déficience intellectuelle. Depuis la mi-mars, les artistes de l'organisme hochelagais enseignent la musique, le chant et la danse à une centaine d'élèves de l'école Irénée-Lussier.

L’école hochelagaise accueille des élèves âgés de 12 à 21 ans provenant de toute la région métropolitaine de Montréal qui présentent une déficience intellectuelle moyenne, sévère ou profonde.

« Nous nous sommes demandé pourquoi ne pas offrir nos ateliers à une clientèle particulière. Ce n’est pas parce qu’un jeune est limité par sa condition physique ou intellectuelle qu’on ne peut pas arriver au même résultat. Au contraire, ça s'adresse à toutle monde », explique Martin Ruel, animateur à Samajam ajoutant que c’est un projet-pilote pour Montréal.

« C’est un merveilleux projet pour notre école. Nous avions quelques incertitudes, mais ça répond grandement aux besoins de nos élèves. Les enfants attendent déjà avec excitationles ateliers », laisse savoir Gérald Gauthier, directeur de l’école Irénée-Lussier.


ARTICLE COMPLET ET VIDÉO:
CLIQUEZ ICI
 
 

La magie de Samajam opère à Saint-Jean!
Journal de Québec- 9 décembre 2013, de L'Écho de Saint-Jean

SAINT-JEAN-SUR-RICHELIEU Deux écoles de la commission scolaire des Hautes-Rivières bénéficient depuis septembre de cours de musique particuliers avec l’organisme Samajam.

ARTICLE COMPLET ET VIDÉO: CLIQUEZ ICI
 
Le «Grand dérangement» de Samajam
L'Écho de Saint-Jean,
par Karine Guillet,
publié le lundi 9 décembre 2013,

SAINT-JEAN-SUR-RICHELIEU 
Près de 600 élèves de deux écoles primaires de Saint-Jean-sur-Richelieu voient l’apprentissage d’une autre manière. Ils reçoivent depuis le mois de septembre des cours de musique particuliers avec les artistes de Samajam.

Le directeur de l’école primaire Notre-Dame-du-Sacré-Cœur du Vieux-Saint-Jean, Carl Du Sault, soutient que l’annonce de la venue de Samajam, qu’il qualifie de «Grand dérangement» à la blague, a emballé le personnel dès le début.

«Annoncer à son équipe qu’elle a 25 demi-journées de moins dans l’année, c’est quelque chose aussi. Mais c’était certain que tout le monde se mobilisait pour accueillir Samajam, note-t-il. Ça prend une certaine maturité d’équipe pour dire, «OK, on va récupérer ces journées-là autrement.»

<
Le projet de l’organisme Samajam, c’est de stimuler la persévérance scolaire au moyen d’un projet musical d’envergure. Une fois par semaine, tous les élèves reçoivent la visite de Samajam. Avec les artistes de l’organisme, ils jouent des percussions, chantent et découvrent les rythmes du monde. Le projet se continue également en classe où, avec les enseignants, ils en apprennent davantage sur les pays ou les thèmes qu’ils exploreront avec les artistes. Du côté des élèves, l’expérience est plus qu’appréciée, à en témoigner par la fébrilité qui les anime dès l’heure du midi, les jours où Samajam débarque chez eux, assure le directeur.

«C’est sûr que ce n’est pas tout le monde qui aime l’école. Ça leur (les élèves qui n’aiment pas l’école) donne une motivation. À la fin de la journée, c’est ta récompense, tu te défoules», explique Christopher Dufour, un élève de sixième année. Il voit pour sa part Samajam comme l’«expérience ultime» avant son passage au secondaire.

«Nous apprenons de nouvelles choses, nous faisons des recherches en nous amusant», explique pour sa part la jeune Gabrielle Lambert.

Projet en mouvance
Les écoles Notre-Dame-du-Sacré-Cœur et Notre-Dame-de-Lourdes, secteur Iberville ont été les deux écoles retenues cette année à Saint-Jean-sur-Richelieu. Toutefois, Louis Bellemare, président fondateur de Samajam, indique que si l’organisme était appelé à collaborer de nouveau avec la Commission scolaire des Hautes-Rivières (CSDHR) l’an prochain, de nouvelles écoles bénéficieraient du projet.

«Il y a un lien entre le niveau de défavorisation et la persévérance scolaire, explique Andrée Bouchard, présidente de la CSDHR. C’était deux écoles où il y avait un niveau de défavorisation élevé.»

Au terme des 150 sessions musicales avec Samajam, les élèves présenteront le fruit de leur travail dans un spectacle de fin d’année, le 30 avril.
 
 
Le Projet Samajam se poursuit à l’école Langlois
Publié par le 30 octobre 2013
Projet-Samajam-Valleyfield-ecole-Langlois-photo-INFOSuroit_com
(Marie-Ève Rochefort) – Le projet Réussite Samajam – Valleyfield reviendra pour une deuxième année consécutive dans la MRC de Beauharnois-Salaberry, cette fois dans les murs de l’école Langlois. Les élèves de cette institution scolaire auront donc droit à 75 sessions d’animations musicales et de formation de mise en scène d’une durée de 50 minutes chacune dans l’objectif de présenter deux spectacles, le premier étant prévu avant le congé des fêtes, le second en fin d’année. Les membres des médias ainsi que les différents partenaires affiliés au projet ont d’ailleurs pris part à l’une de ces séances aujourd’hui (30 octobre), lesquels ont pour objectif de favoriser la persévérance scolaire grâce à la musique.
 
 
Un projet étalé sur trois ans

Samajam
est une entreprise d’économie sociale qui se décrit comme étant un créateur d’expériences musicales participatives. Avant l’année dernière, elle ne faisait affaire qu’avec des partenaires montréalais. C’est la Caisse Desjardins de Salaberry-de-Valleyfield qui a approché l’organisation afin de créer un partenariat avec Samajam et les autres intervenants dans le dossier. Le projet Réussite Samajam – Valleyfield a donc vu le jour l’année dernière au sein de l’école Notre-Dame-du-Saint-Esprit grâce à la concertation de Desjardins, de la Commission scolaire de la Vallée-des-Tisserands, de la Ville de Salaberry-de-Valleyfield, de l’école Langlois et de la Conférence régionale des élus (CRÉ) de la Vallée-du-Haut-Saint-Laurent. Quelque 170 jeunes ont été interpellés pour la première année de ce projet et, selon les différents intervenants dans le dossier, l’expérience fut des plus enrichissantes pour tout le monde.
Projet-Samajam-Valleyfield-2013-ecole-Langlois-photo-INFOSuroit_com
« Les résultats scolaires dans les matières lire, écrire et mathématique on tous été à la hausse. Ce fut davantage marqué chez les garçons. On remarque également une légère baisse de l’absentéisme et une hausse très intéressantes de la participation aux activités parascolaires. Les résultats sont très encourageants et motivants », a commenté Carole Houle, directrice générale de la commission scolaire.

« Ce que je retiens principalement de ce projet-là, c’est que ça a favorisé la construction de l’estime de soi des élèves. La musique, c’est rassembleur et c’est surtout un langage universel. Ça leur donne de la confiance en soi. Concernant l’intégration des matières, on a essayé d’arrimer le projet Samajam avec tous les domaines de l’école », a poursuivi l’enseignante Julie Perreault.

Deux étudiants ayant vécu l’expérience l’année dernière au sein de l’école Notre-Dame-du-Saint-Esprit ont aussi pris la parole afin de laisser savoir que le projet leur a permis de s’ouvrir un peu plus sur le monde et d’en apprendre plus sur la culture musicale d’ailleurs. Mentionnons que les écoles ont été sélectionnées parmi celles présentant un indice de défavorisation entre 8 et 10 sur le territoire de la Ville de Salaberry-de-Valleyfield.

L’année prochaine, c’est l’école Sacré-Cœur qui accueillera le projet Réussite Samajam – Valleyfield. Au bout des trois années que durera le projet, on estime que c’est près de 625 élèves et leur famille ainsi que près d’une centaine d’intervenants scolaires qui auront été interpellés. En terminant, je vous invite à lire ou à relire l’article Le Projet Samajam fait du bruit à l’école Notre-Dame-du-St-Esprit.
 
 
Témoignages et publications 2013
 
Publication MAGASINE ESPACE
OUVRIR LE PDF: 2013-PRS-Valleyfield-Magasine-Espace.pdf
 
 
Publication MAGASINE DESJARDINS
OUVRIR LE PDF: 2013-PRS-Valleyfield-Magasine-Desjardins.pdf
 
 
L’expérience Samajam sème la joie de vivre!

L'Écho de Frontenac
[ Article ]

Claudia Collard  (28/11/2013)


L’idée d’Andréanne Garant: apporter du bonheur aux élèves par le biais d’un projet où la valorisation se mesure tant à l’échelle individuelle que collective. L’insistance de cette enseignante de l’école Notre-Dame-de-Fatima auprès des responsables de la Caravane musicale Samajam de la réussite scolaire a porté fruit. Le résultat aujourd’hui: une importante mobilisation du milieu permet aux 700 enfants des deux écoles primaires de Lac-Mégantic de bénéficier chaque semaine d’un atelier de percussions, danse, chant et musique. Des sessions qui culmineront par la présentation d’un grand spectacle de Noël le 17 décembre.
Lundi matin, les partenaires du projet étaient réunis à l’école Notre-Dame-de-Fatima pour témoigner de cette réussite, qui s’exprime dans les visages des élèves, chaque fois que l’équipe de la Caravane effectue le trajet Montréal-Lac-Mégantic pour leur faire vivre une expérience musicale des plus énergisantes. La fébrilité est palpable. Compréhensible, dans quelques semaines le fruit de cette créativité collective sera présenté au grand public.

«L’objectif est de développer chez les élèves un sentiment de solidarité, de fierté et d’estime de soi nécessaire pour traverser les moments difficiles. Avec l’été que les gens de Lac-Mégantic ont connu, la période de Noël risque d’être particulièrement sensible. Nous souhaitons que ce projet de musique et de cœur soit un baume pour les enfants et toute la communauté», partage le président-fondateur de Samajam, Louis Bellemare.

«C’est un cadeau aux parents mais aussi à toute la collectivité», confirme Lise Pouliot, directrice des services éducatifs complémentaires et de l’adaptation scolaire de la Commission scolaires des Hauts-Cantons. Le directeur de l’école Notre-Dame-de-Fatima, Éric Croteau, salue cette importante mobilisation permettant de démontrer hors de tout doute «que les enfants de Lac-Mégantic sont enthousiastes et que leur joie de vivre est contagieuse.»

«Cette heure que nous «perdons» en académique, nous la gagnons en motivation et en complicité», assure Andréanne Garant. Annie Purtell, enseignante à l’école Sacré-Cœur, ajoute que ce projet contribue à stimuler la concentration chez les jeunes participants. «Chacun a sa responsabilité et tous ont un objectif commun. C’est une occasion pour eux de célébrer la vie.»

Sonia Pagé, agente de développement pour la SADC, signale elle aussi l’impact positif du projet «sur les enfants des deux écoles mais aussi sur l’ensemble de la communauté.» D’autres partenaires ont exprimé leur enthousiasme de faire partie intégrante de l’aventure, dont Guillaume Leclerc, directeur de production chez GLS Productions, entreprise qui fournira gracieusement son expertise technique pour la présentation du spectacle. «Nous sommes heureux de permettre aux enfants de vivre cette expérience unique dans un cadre professionnel.» Louise Arsenault, qui donne bénévolement de son temps aux ateliers en plus d’agir lundi en qualité de porte-parole de Voyage de rêve Air Canada, annonce de son côté que quatre élèves de Lac-Mégantic, dont les noms seront dévoilés ultérieurement, auront la chance de s’envoler vers Disney World le temps d’une journée. Ce voyage réunira des enfants défavorisés sur le plan physique, mental ou social.

Deux représentations du spectacle du 17 décembre seront données dans l’église Sainte-Agnès, à 19h00 et plus tôt dans l’après-midi, à une heure qui reste à déterminer. L’entrée est gratuite mais un système de billetterie sera mis en place dans les deux écoles primaires.
 
 
 
 
 
 
 
 
SAMAJAM © TOUS DROITS RÉSERVÉS 2017
WEBDESIGN: IDEMSTUDIO